Aujourd’hui et demain

Aujourd’hui
En 2017 l’ACNHG a eu 30 ans. Ses missions telles que fixées en 1987 ont peu changé. Tout au plus se sont-elles adaptées à notre époque. Preuve en est donc que les membres fondateurs étaient des visionnaires. C’est avant tout le mode et la vitesse de communication qui ont fortement modifié les rapports entre les diverses instances, aussi bien en aval qu’en amont. L’augmentation des activités impliquent aussi des temps de réaction et décision plus courts. De par sa position géographique notre canton est parfois considéré comme périphérique. Les bonnes relations avec les autres associations romandes et instances dirigeantes outre-Sarine confirment que notre rôle et position sont reconnus dans la famille du hockey suisse.

Demain
Dans les conditions actuelles nos activités vont conserver tous leurs sens. Chaque saison est différente des précédentes. Effectifs en évolution, changements des personnes à des postes clés à l’interne ou chez nos partenaires peuvent exiger à très court terme des décisions importantes. C’est pourquoi nous veillons à garder de bonnes et étroites relations avec tous nos partenaires.

Des valeurs à transmettre

Etre un bon parent est sans doute le «métier» le plus difficile au monde. Transmettre des valeurs, éduquer, enseigner, éveiller l’intérêt: voilà la lourde tâche qui attend quotidiennement tous ceux qui élèvent un ou plusieurs enfants. Pas facile d’être toujours à la hauteur de ce défi.

L’erreur que commettent les «puschy parents» est de vivre leur passion par procuration. Ou de voir en leur progéniture une miraculeuse source de revenus. Toutefois, la double casquette parent-entraîneur peut engendrer un aveuglement dangereux. Le dégoût du sport, la dépression, la drogue sont autant de pièges dans lequel il est facile de tomber. Car vouloir faire de son enfant un Federer ou un Mozart, n’est pas un objectif réaliste. Combien faut-il de victimes de cette relation pour faire un champion? Encourager et encadrer son enfant dans son projet personnel est tout à fait louable, voire souhaitable. Le rendre prisonnier d’un système est totalement suicidaire et met en danger l’intégrité physique et psychique du jeune sportif.

Or, dans le langage courant, ne dit-on pas que l’on joue au foot, au hockey ou au tennis. Cette notion fait référence au plaisir, à l’amusement. Deux moteurs que parents et enfants doivent garder à l’esprit, dans leur quête de réussite personnelle.

Pierre-Alain Schlosser
Chef de la rubrique sportive
Journal 24-Heures

U-13